Un métro moderne pour l’horizon 2025

Un métro moderne pour l’horizon 2025

5 février 2021 0 Par Sarah

Dans l’optique de résoudre le problème de circulation, les autorités moscovites ont lancé des travaux de réaménagement et d’amélioration du métro de la ville en 2017 pour qu’il prenne fin en 2025. L’une des caractéristiques majeures des grandes villes européennes est leur forte démographie qui peut souvent être un véritable problème pour la circulation routière. À Moscou comme dans de nombreuses autres grandes capitales du monde il n’est pas rare que la population soit confrontée à des problèmes de trafic routier quotidiennement puisque la ville reçoit énormément de monde. Les rues sont bondées et bouchées à longueur de journée ce qui par conséquent rend la circulation pénible.

Le métro au détriment des voitures dans Moscou

Dans un premier temps, les autorités moscovites souhaitent réduire l’utilisation des véhicules de 10 % parce que le projet d’agrandissement et de modernisation du métro ne réglerait pas le problème du trafic si les Moscovites continuent d’utiliser leurs voitures au lieu d’emprunter le métro.

Dans un second temps, le projet permettra de relier le centre de la ville à la périphérie pour faciliter la circulation aux nombreuses personnes qui sont obligées de s’y rendent chaque jour pour satisfaire leurs obligations professionnelles ou pour d’autres raisons. Ceci parce que Moscou est à la fois la capitale économique et administrative de la Russie et ainsi donc la grande partie de l’activité économique y est concentrée.

Pour atteindre ces différents objectifs, il faudra donc : créer de nouvelles lignes et stations autour de la ville, et les relier aux anciennes. Ensuite, remplacer les anciens wagons par de nouveaux trains plus performants et plus spacieux, installer des ports USB, une connexion Wifi et enfin renforcer l’isolation au niveau des compartiments pour permettre d’affronter facilement les grandes températures.

La phase de réalisation

Un tel projet suscite nécessairement l’intérêt de nombreuses sociétés pour la conduire et la mener à bout. Mais avec un budget de 265 millions, c’est à l’entreprise Transmahholding d’Iskander Makhmudov et Andrey Bokarev que les autorités moscovites décident de confier enfin le projet. Elle mènera et dirigera les différents travaux pour l’atteinte de l’objectif escorté qui est de « réduire le trafic ».

Avec le financement prévu pour le projet, elle payera d’une part à l’usine Tver Carriage Works la conception des 23 nouveaux trains qui couteront 150 millions d’euros et d’autre part l’agrandissement du métro et les autres travaux. En 2018, c’était déjà plus de 100 rames qui ont été conçues dans le cadre de ce projet.

Le financement du développement de communes

Les impôts locaux, l’aide de l’État et l’apport des Banques

La majeure partie du budget des communes est financé par les Moscovites. Ceci se fait à travers la collecte de deux différents types de taxes. Il s’agit d’abord de la taxe foncière qui est versée par tous les habitants ayant une propriété dans la commune. Elle est calculée sur la base du taux prédéfinie dans la commune et de l’évaluation du prix du loyer. L’autre est la taxe d’habitation qui contrairement à la première est versée par tous les habitants de la commune sans aucune exception.

En dehors de la participation des habitants au développement des communes, l’État doit apporter une certaine aide comme le veut le système de décentralisation. Selon la commune puisqu’elles n’ont pas toutes le même rang l’État définit le financement qu’il y met. Le principe veut que certaines communes soient plus avantagées que d’autres, notamment les plus modestes par rapport aux plus riches. Cela permet de régulariser les inégalités observées pendant la collecte des impôts.

Les banques aussi peuvent apporter leurs contributions au financement des communes puisqu’il existe la possibilité pour celles-ci de faire des prêts pour financer certains projets de vison durable tel que la construction de centre de loisirs.