La reunion une destination magnifique

La reunion une destination magnifique

18 septembre 2019 0 Par Joel

Lorsque la Réunion a été proposée à Alex et Alice Stearn comme destination lune de miel, il n’a pas fallu beaucoup de recherches sur Google pour voir que c’était le genre d’endroit que le couple souhaitait. L’arrivée des cartes de Stanfords n’a fait que le confirmer – ils n’avaient jamais vu autant de contours….

Il y a un an, si quelqu’un m’avait parlé de La Réunion, il m’aurait donné une vague idée d’une île quelque part, avec un peu plus de détails que cela. Ayant depuis mentionné nos plans de voyage à beaucoup de gens, je pense que mon ignorance était assez typique de la plupart des Britanniques. Que ce soit pour une randonne reunion ou une visite dans les tunnels de lave c’est un endroit somptueux.

 

La Réunion est un département français, mais avec plus de 12 heures de vol depuis Paris, nous espérions que ce serait un peu différent d’une semaine en Dordogne. Oui, à part le vin, les crêpes, le café, la monnaie et, euh, la conduite, on vous pardonnerait d’oublier que vous étiez en France. Cône volcanique verdoyant dans l’océan Indien, au nord du tropique du Capricorne, la Réunion est située entre Maurice et Madagascar, mais loin de tout autre endroit.

 

En faisant des recherches sur notre voyage, il était évident que les cirques seraient un point culminant pour tous ceux qui aiment la montagne, mais il nous a fallu un peu plus de temps pour comprendre ce qu’ils étaient réellement. Techniquement connu sous le nom de caldera, les cirques se sont formés à partir de l’effondrement d’une croûte volcanique lorsque la chambre en dessous n’a pas réussi à la supporter (Glencoe est le même). Il en résulte trois cratères très escarpés et très profonds (techniquement plus comme des dolines), qui s’éloignent abruptement des pentes plus douces du cône volcanique qui forme l’île.

 

Drapés dans une végétation tropicale luxuriante, couverts d’un réseau de centaines de kilomètres de sentiers bien balisés reliant des villages éloignés mais charmants et accueillants, bien approvisionnés en nourriture et en rhum, les cirques sont un rêve pour les marcheurs.

 

Un bon compromis

 

Vous pouvez marcher une journée ou un mois à la Réunion. Nous avions six jours. Avec un certain nombre de sentiers nationaux (Grande Randonnée) et plusieurs circuits ” classiques ” des cirques proposés, nous avons opté pour une combinaison des circuits Tour des Cirques et Haute Mafate. Nous avons rencontré des gens qui traversaient l’île à pied et d’autres qui marchaient moins d’une journée – je suis sûr qu’ils ont tous passé un bon moment, mais je pense que nous avons trouvé un bon compromis. Ainsi, après un long voyage (via Paris et l’île Maurice), et un trajet très raide et sinueux, presque entièrement en première, jusqu’à Cilaos (1207m), nous avons combattu le décalage horaire et nous sommes partis tôt, alimentés par le bon café et la pâtisserie.

 

Nous nous attendions à un slog pour la première journée, visant le sommet du Piton des Neiges (un faux nom car il voit très rarement de la neige), étant le point le plus haut de l’île à 3070m. Cependant, les contours semblaient glisser assez facilement. Les chemins étaient raides mais bons, avec des marches et même des rails pour les parties les plus dures. Les vacances d’été en France et la haute saison des promenades à la Réunion, nous nous attendions à ce que les sentiers soient très fréquentés, mais à part le point de rassemblement évident d’une source d’eau à mi-chemin, nous avions l’impression d’être largement livrés à nous-mêmes.

 

Il était clair dès le début que les Réunionnais (du moins ceux qui ont pris les collines) étaient en forme – ils couraient la plupart du temps devant nous, malgré les contours. L’existence du Grand Raid Réunion – une course de 164 km avec 10 km de dénivelé – aurait peut-être dû nous donner l’impression qu’ils aiment courir.

 

L’une des joies de la marche à La Réunion était que le paysage semblait changer, fréquemment et parfois de façon assez abrupte. Notre première expérience a été d’atteindre le bord du cirque, après avoir été dans une forêt assez dense (presque la jungle) toute la matinée. Soudain, nous nous sommes retrouvés sur le plateau (qui était loin d’être plat), entouré d’arbustes bas, avec une sensation plus ouverte sur le paysage. Nous nous sommes arrêtés pour une pause, jetant un dernier coup d’œil – presque tout droit – sur Cilaos et sortant vers la côte nord et l’océan au-delà, avant de prendre le chemin plus doux qui mène au sommet.

 

Le terrain changea bientôt de nouveau. Au fur et à mesure que nous nous élevions, la végétation devenait plus clairsemée et finissait par abandonner complètement, laissant la place à un champ de blocs de pierre ponce volcanique.

 

Ceci, combiné avec le fait que nous étions sous un soleil éclatant au-dessus de nuages denses couvrant la majeure partie de l’île, a donné une sensation d’un tout autre monde.

 

Atteindre le sommet en milieu d’après-midi était peut-être inhabituel (la plupart pouvaient se lever pour le lever du soleil, ou peut-être le coucher du soleil si on campait au sommet), donc à part un groupe amical de gens du coin couchés au soleil, qui nous avaient sans doute dépassés ce matin-là, nous avions encore la place pour nous seuls. Ce n’était en aucun cas un sommet technique, mais les vues n’en étaient pas moins spectaculaires, et il y avait toujours un beau sentiment d’accomplissement en atteignant le sommet de l’île. En descendant les précipitations dans les vallées loin en contrebas, et en traversant la couverture nuageuse jusqu’au seul autre point haut de l’île, le Piton de la Fournaise (volcan actif), était magnifique.

 

Après avoir pris notre temps sur le sommet, nous sommes retournés à notre lit pour la nuit, au Refugio de Piton de Neiges. L’hébergement était de base, mais nos hôtes étaient généreux avec un dîner très copieux de saucisses créoles.